Accueil‎ > ‎Naturopathie‎ > ‎

Ma Thèse en Naturopathie


J’ai décidé de mener une recherche pour réaliser une thèse sur le Deuil et le REIKI pour plusieurs raisons :
  • Pour contribuer à une meilleure connaissance du REIKI souvent méconnu et critiqué à tort par le grand public.
  • Pourquoi le deuil ? c’est une réalité qui touche chacun d’entre nous à laquelle personne n’échappe mais dont la souffrance est refoulée et masquée du fait du contexte de notre société qui ne laisse pas le temps aux êtres d’assimiler la réalité de la mort en les laissant dans le désarroi.

Trois cas de figure se présentent :
  1. Les patients traités par antidépresseur et qui s’en contentent.
  2. Ceux qui indépendamment de l’antidépresseur éprouve la nécessité d’un autre accompagnement.
  3. Enfin, il y a les personnes qui viennent consulter pour un mal être non identifié mais qui révèle au fil des séances, un deuil caché.

Mon expérience montre que la pratique du REIKI est particulièrement efficace pour aider les personnes à reconnaître et surmonter leur deuil.

L’apport du REIKI aux êtres endeuillés passe par plusieurs phases.
  • La première est celle d’un apaisement physique d’un corps douloureux et parfois malmené pour remédier à ce qui ne va pas.
  • La deuxième phase, est celle du cheminement intellectuel favorisé par le bien être physique, l’apaisement physique est libérateur d’émotions qui vont trouver progressivement le bon langage pour s’exprimer ce qui ouvre ainsi la voie à une démarche intellectuelle sur « les pourquoi du comment ».
    En effet la pratique du REIKI touche l’être dans sa profondeur et son épaisseur de vie.
  • La troisième phase de l’intellectuel au spirituel.

Nous sommes amenés par la seule expérience à distinguer deux catégories de consultants :
  • Ceux qui se contentent au bien être général que leur apporte les soins REIKI qu’ils reçoivent de façon passive sans être en mesure de s’impliquer individuellement dans une autre quête.
  • La deuxième catégorie, en revanche éprouve la nécessité de ne pas se contenter de recevoir des soins, mais d’aller vers une démarche d’abord intellectuelle puis d’ordre spirituel : en s’ouvrant à la conscience de force, à la fois supérieure et intérieure. Certains consultants éprouvent alors le besoin de se faire initier au REIKI. L’objectif du praticien REIKI s’il est enseignant, consiste alors à les aider à voler de leurs propres ailes. Sachant qu’il faut du temps, de la détermination, et surtout être prêt à se détacher des schémas mortifères ou d’idées préconçues.





Ċ
REIKI.pdf
(3966k)
Nathalie Liminana,
17 sept. 2018 à 14:11